Katherine Morton (Terre-Neuve)

K Morton

Katherine Morton est une doctorante au département de sociologie à l’Université Memorial en Terre-Neuve. Elle est née et a grandi sur le territoire non cédé des Salish du littorale en Colombie-Britannique et se spécialise dans la recherche sociale liée aux populations autochtones et à la violence coloniale en Colombie-Britannique. Sa recherche doctorale identifie les points d’intersection entre la violence, l’identité autochtone et le colonialisme en ce qui concerne les espaces matériaux des pensionnats. Elle examine les pensionnats comme des espaces carcéraux qui contredisent la perception de soi du Canada. Sa recherche de maîtrise a porté sur la construction des tropes de l’identité autochtone et leur présence dans les enquêtes publiques axées sur les autochtones. Ses recherches indépendantes se concentrent sur le fémicide au Canada, particulièrement les cas de femmes et de filles autochtones disparues ou assassinées (FFADA). Ses publications les plus récentes concernent la politique de la laideur entourant les représentations des FFADA ainsi que la question de l’auto-stop chez des FFADA dans des régions rurales de la C.-B. Avant de faire ses études supérieures, Katherine a travaillé dans la fonction publique provinciale et fédérale où elle a entrepris des recherches et des analyses sur le patrimoine culturel autochtone, l’obligation de consulter et les changements démographiques. Elle est coprésidente de la grappe de recherche en violence et société de la Société canadienne de sociologie et elle est chargée de cours à l’Université Memorial. Ses intérêts de recherche comprennent la violence, le genre, la politique identitaire, l’aménagement des espaces, le fémicide, la théorie critique, le colonialisme, les négociations sur les revendications territoriales et l’analyse du discours.